Assassinaram Stanislav Markelov

O activista do Fórum Social Europeu e advogado  Stanislav Markelov foi assassinado com um tiro na cabeça em Moscovo. Markelov cometeu o pecado de defender uma família Chechena a quem uma filha de 18 anos foi violada e assassinada por um coronel do exército. O militar foi condenado a uma pena de 10 anos de cadeia, sendo libertado, três anos antes do fim da pena, em 15 de Janeiro. Markelov apelou contra esta libertação e foi morto com um tiro na cabeça, quando saia de uma conferência de imprensa. Foi também morta uma jornalista russa de 25 anos que o acompanhava.

Stas assassiné

Stas était de tous les combats, sur tous les fronts, à défendre les victimes des injustices, à propager ses idées, à voyager aux quatre coins de la Russie. Et toujours avec le sourire et la blague prête à partir. Jamais à se prendre au sérieux. Un copain, un camarade courageux, intelligent, simple et chaleureux. Pour des centaines et des centaines de militants de la plupart des régions de Russie.

Il a été assassiné, en plein centre de Moscou, en plein jour, d’une balle dans la tête. La seule envie après ça, c’est de crier et hurler, sa douleur, son indignation, sa colère ! Personne ne le rendra à la vie, mais les coupables et surtout les commanditaires doivent payer. C’est l’escalade ces derniers mois, trop de crimes et d’agressions, trop de sang versé, pourquoi ? Qui en Russie est persuadé que la lutte pour la justice peut ainsi être stoppée d’un coup de revolver ou d’un coup de batte de baseball ? C’est vraiment prendre les gens pour des idiots ou du bétail, ce que ne se gênent pas de faire publiquement quantité de hauts fonctionnaires et hommes politiques véreux. Ou alors c’est vouloir que dans ce pays, les conflits sociaux et politiques se règlent non pas devant les tribunaux ou dans les manifestations, mais le révolver au poing. Qui précipite la Russie dans une nouvelle ère de banditisme politique ? Qui ?

Stanislav Markelov était de ceux qui s’étaient engagés corps et âme dans le combat pour la justice, en croyant jusqu’au bout aux armes du droit, de la solidarité, de l’information indépendante et du militantisme.

C’était un avocat, mais un avocat militant, et de gauche, en plus, qualité rare en Russie, si ce n’est unique. Un allié infatiguable des mouvements sociaux.

Les flics venaient vous arrêter en pleine nuit au lendemain d’une action antifachiste ou d’un blocage d’une tentative d’expulsion ? On pouvait appeler Stas, toujours prêt à prodiguer au moins conseils, si ce n’est à prendre le premier métro si l’affaire était sérieuse et dangereuse pour le soi-disant inculpé.

On parle surtout de ses activités en Tchétchénie. Depuis la première guerre en Tchétchenie il travaillait sans relâche pour que les coupables de crimes de guerre paient, et paient à la mesure de leurs actes. La dernière affaire en date, qui lui a sans doute valu d’être ainsi exécuté, concernait celle de la famille Koungaïev dont il s’était fait l’avocat. Leur petite fille Elza, a été violée et étranglée par le colonel Boudanov en mars 2000. Celui-ci a été condamné en 2003 à 10 ans de prison, mais a été relâché de façon anticipée le 15 janvier 2009. Markelov avait fait appel de cette décision devant la Haute Cour de justice. Il a été assassiné en sortant de la conférence de presse qu’il donnait à ce sujet, le 19 janvier.

Au-delà de la Tchétchénie, Stas était un fin connaisseur du Caucase, oeuvrant sans fin à la pacification de la région, à l’entente entre les peuples et au développement des initiatives citoyennes indépendantes. Entre autres, il a animé un débat à ce sujet au Forum social européen de Malmö en septembre 2008, où il avait fait venir militants ingouches, géorgiens et ossètes pour un débat houleux mais fraternel et puissant symboliquement.

Il s’est énormément mobilisé dans le combat antifachiste, représentant dans les procès les militants antifachistes injustement accusés de meurtres ou d’agressions sur les fachistes (la police russe a la facheuse tendance de confondre fachistes et antifachistes et d’éprouver une certaine sympathie pour les premiers), plaidant pour les victimes des agressions fachistes, multipliant publications et interventions publiques contre toutes les formes de racisme, de xénophobie et de fachisme.

Il défendait tous les militants sincères et menant le combat contre la corruption, pour le respect minimal des droits sociaux, écologiques, syndicaux. Il fut ainsi l’avocat de Mikhail Beketov, ce journaliste et militant du mouvement des habitants de la ville de Khimki en banlieue de Moscou, passé à tabac le 13 novembre et toujours au bord de l’agonie aujourd’hui.

Il participait aux Forums sociaux de Russie, aux manifestations des mouvements sociaux, mettant son savoir de juriste au service des militants, expliquant sans relâche comment se comporter devant les policiers, comment utiliser la législation à bon escient, comment faire respecter ses droits. Lors du dernier Forum social à Irkoutsk, début août 2008, il m’avait dit en avoir marre d’en être réduit à son rôle d’avocat et vouloir également participer aux débats politiques du mouvement, pour pouvoir exprimer ses idées et ses convictions.

Car c’était un homme de conviction. Un militant de gauche au sens noble du mot : pour la justice, l’autoorganisation, l’égalité entre les peuples, les hommes et les femmes. Contre le libéralisme ravageur et le capitalisme brutal régnant en Russie depuis les années 90 qui, selon lui, avait mené à la catastrophe politique et humaine des années 2000, notamment à la montée du fachisme et du banditisme politico-économique.

Pour qu’il n’y ait pas de confusion, et en mémoire de lui, je tiens à préciser qu’il n’avait rien à voir avec ceux qu’on appelle en Occident « l’opposition au Kremlin ». Il a toujours condamné cette « Autre Russie » de Kasparov et Limonov, accusant ses leaders d’être des droitiers libéraux, des fachistes méprisant le peuple.

La dernière fois qu’on s’est vu, c’était au rassemblement du 30 novembre à Moscou contre la série d’agressions que venaient de subir des militants du mouvement social et syndical (je faisais alors parti de la liste). Il a fait une intervention à la tribune condamnant ces attaques « contre la justice » et appelant les militants à organiser collectivement leur auto-défense. Il m’avait alors confié qu’il avait désormais peur de répondre au téléphone : « chaque fois que le téléphone sonne, j’ai peur qu’on m’apprenne qu’un nouveau camarade et ami a fait l’objet d’une agression ».

Aujourd’hui, Stas, personne ne t’appellera, mais on a tous reçu ce coup de téléphone assassin…

Carine Clément, sociologue, directeur de l’Institut de l’action collective à Moscou

Sobre Nuno Ramos de Almeida

TERÇA | Nuno Ramos de Almeida
Este artigo foi publicado em cinco dias. Bookmark o permalink.

2 respostas a Assassinaram Stanislav Markelov

  1. Ana Paula diz:

    Sem palavras… como sempre que constatamos que a liberdade e autonomia do pensamento e da acção é ainda objecto das mais primárias e cobardes formas de reacções… bem-haja Stanislav Markelov pela coragem de se empenhar numa causa justa e nobre na defesa dos mais elementares Direitos Humanos… bem-haja este Homem assassinado pelo simples facto de ser activamente solidário com a injustiça e a violência sem nome de que foi vítima uma jovem e uma família cuja origem étnica é ainda motivo, em pleno século século XXI, de uma discriminação que é paga em sangue, com a própria vida.

  2. Pedro diz:

    Peço a todos os que têm algum tempo de antena no espaço público que façam muito, muito barulho, porque é vergonhosa a forma como as nossas televisões, rádios e sites (excepção feita ao Sol e à Renascença) passaram ao lado da história.

    E que não esqueçam a Anastasia Baburova, uma jornalista de apenas 25 anos, da Novaya Gazeta da Politkovskaya, que deu a vida para tentar evitar a morte do Markelov.

    Isto sim é terrorismo de Estado. Não é só Gaza que merece a nossa indignação.

Os comentários estão fechados.